FAQ de l’eTA au Canada

FAQ de l’eTA au Canada

Qu’est-ce qu’une eTA canadienne ?

Une eTA confirme l’éligibilité des ressortissants étrangers à voyager au Canada et est un document officiel. Alors qu’elle fait presqu’office de visa, sa méthode d’obtention est très différente de celle de l’obtention d’un visa. Présenter une demande de visa standard est assez souvent un processus ennuyeux, mais une fois qu’une demande d’eTA est déposée, vous pouvez découvrir leur acceptabilité pour voyager au Canada en quelques minutes.

Qui a besoin d’une eTA canadienne ?

Une eTA n’est pas nécessaire pour tous les ressortissants étrangers qui décident de voyager au Canada. Seuls ceux qui proviennent de pays dispensés de visa tels que certaines nations européennes, ainsi que ceux venant d’Australie et de Nouvelle-Zélande seront affectés par le nouveau processus. Tout ressortissant étranger dont le pays d’origine n’est pas inclut dans les accords d'exemption de visa avec le Canada aura besoin de passer par le même processus de contrôle de voyage qu’avant.

Comment déposer une demande d’une eTA canadienne ?

Puisque tout le processus de l’eTA, à partir de la demande jusqu’à la réception d’une autorisation, est basé sur le web, le dépôt d’une demande est relativement simple. Tout voyageur dispensé de visa aura besoin d’accéder au site web de la CIC (Citoyenneté et Immigration du Canada) et de soumettre ses détails physiques tels que le nom et la date de naissance. Il peut aussi avoir besoin de fournir ses empreintes digitales alors il doit s’assurer d’utiliser un ordinateur muni d’un scanner biométrique. Une fois que la personne aura été autorisée à voyager, le site web fournira l’eTA qui devra être imprimée et présentée aux agents d’immigration appropriés avant de quitter le Canada.

Qu’est-ce qu’une électronique autorisation de voyage (eTA) ?

L’eTA est une nouvelle exigence d’entrée pour les ressortissants étrangers ayant un état dispensé de visa qui ont planifié de partir au Canada par avion. L’autorisation est électroniquement liée à votre passeport et est valide pendant cinq ans ou jusqu’à ce que votre passeport expire, selon le premier événement à survenir.

Comment puis-je déposer une demande d’eTA ?

La demande est un processus en ligne simple qui ne prend que quelques minutes. Vous aurez besoin de votre passeport, d’une carte de crédit (Visa or Mastercard) et d’une adresse e-mail. La carte de crédit est requise parce qu’une eTA coûte $85 USD, et elle sera valide pendant une période allant jusqu’à cinq ans.

Le formulaire de demande d’une eTA est/sera disponible sur ce site en cliquant ici.

Dois-je obtenir un visa si je vais simplement traverser le Canada sans m’arrêter ?

Si vous êtes un citoyen d’un pays qui ne jouit pas d’un statut dispensé de visa pour le Canada, vous aurez besoin d’un visa transitaire pour traverser le Canada sans vous arrêter ou le visiter. Ceci est exigé même si votre transit durera moins de 48 heures, cependant, il n’y a aucun frais pour un visa transitaire. Remplissez la demande de visa touristique (visa de résidence temporaire) et sélectionnez le visa transitaire dans la liste des options dans le formulaire.

Si vous jouissez d’un statut dispensé de visa et que vous avez maintenant besoin d’une eTA pour visiter le Canada, alors vous aurez aussi besoin d’une eTA pour traverser le Canada.

Vous pouvez ne pas avoir besoin d'un visa de transit ou d’une autorisation électronique si vous voyagez vers ou depuis les États-Unis. Si certains ressortissants étrangers répondent aux exigences spécifiques, alors le Programme de transit sans visa (TSV) et le Programme de transport en commun de la Chine (CTP) leur permettent de transiter par le Canada sur leur chemin vers et depuis les États-Unis sans visa de transit canadien.

Quels sont les avantages du système d’autorisation électronique ?

Le but principal de ce système est d'identifier les personnes qui ne sont pas admissibles à entrer au Canada en temps opportun. Parce que ces gens qui sont considérés comme indésirables ou inadmissibles, tels que ceux qui ont un casier judiciaire ou qui sont interdits de vol, peuvent être identifiés rapidement par ce système – la détection et évidemment le voyage pour ceux qui sont admissibles deviendront ainsi, plus faciles et plus efficaces.

Combien coûtera le système des autorisations électroniques aux contribuables canadiens ?

Avec la valeur actuelle du dollar, on estime que la période d'analyse (2015-2024) du régime des autorisations électroniques coûtera 167,74 millions de dollars. L'impact net de ces nouveaux règlements est négligeable pour que les intervenants n’aient aucun coût net.

En calculant les coûts ci-dessus, le gouvernement du Canada a assumé qu'il recueillera une moyenne de 23,1 millions de dollars par année en frais de demande d'autorisation électronique et qu'il économisera un montant estimé à 1,8 millions de dollars par année relatif aux coûts associés à l’expulsion des personnes indésirables du Canada. Selon la Gazette, l'ASFC a estimé que cela coûte entre 398 $ et 798 $ par personne irrecevable, en fonction de la durée du temps pendant lequel ils sont détenus. En comparaison, le système des eTA coûtera 23,3 millions de dollars pour sa création et seulement 19,5 millions de dollars par année pour sa gestion.

L'industrie du tourisme peut encourir des frais de marketing si elle choisit de faire de la publicité aux exigences de l’eTA pour les ressortissants étrangers qui pourraient être intéressés à visiter le Canada.

Alors que l’eTA n’est pas comprise dans le champ d'application de l'ABC, il est concédé que les visiteurs de pays exemptés de visa (en dehors de certaines exceptions) devront payer une redevance pour obtenir une eTA et devront aussi prendre le temps de le faire. Cependant, pour la grande majorité, cela prendra quelques minutes et les frais ne devraient pas être dissuasifs.

Il est également concédé que le tourisme peut connaître un certain impact à court terme en raison de la transition à l’eTA, mais l’on ne croit pas que ceci va entraîner des conséquences permanentes sur le tourisme dans le Canada. La chute de potentiel dans le tourisme sera compensée par la nature simple du programme de l’eTA étant donné qu'elle est valable pour cinq ans et qu'elle coûtera seulement 85 $. Les baisses potentielles seront encore dissipées par les évaluations de risque plus distinctes et plus personnelles qu’avant.

Les visiteurs qui entrent au Canada via les ports terrestres ou maritimes n’auront pas besoin d’une eTA, cependant, il est peu probable qu'il y aura une hausse de la demande dans ces ports vu qu’il sera communiqué qu'ils vont subir les mêmes régimes d'inspection approfondis qu’avant. Il est aussi peu probable que les frais de 85 $ pousseront les visiteurs potentiels à changer leur mode de transport. Il y aura probablement une période d'adaptation et les visiteurs seront informés des régimes d'inspection pour tous les ports d'entrée malgré l'exigence de l’eTA.

Toutefois, il a été noté que le gouvernement canadien peut ne pas avoir considéré l'augmentation des ressources nécessaires pour traiter les permis de séjour temporaire (PST) pour les ressortissants étrangers exceptés de visa qui sont inadmissibles. De plus, il y aura probablement un problème avec les ressortissants étrangers exemptés de visa et dont les cartes de résidents permanents ont expirées. Avant qu’ils ne montent à bord d’un avion et arrivent au Canada sans que le CBS réalise qu'ils sont des résidents permanents. Cela conduira à une augmentation des exigences de résidence au Canada, mais également aux augmentations des documents de voyage à émettre pour les résidents permanents et des cas de la Section d'appel de l'immigration.